AU TRIBUNAL DE LA CALOMNIE

AU TRIBUNAL DE LA CALOMNIE

AU TRIBUNAL DE LA CALOMNIE

 

Minuit, c’est l’heure du crime, dit le dicton,

Je suis seule face à mes pires démons.

Les ombres du passé reviennent me hanter

Dans le train d’enfer des rêves tourmentés.

 

Le passé fut lutte contre l’adversité,

Sous les coups des commérages perversité,

Mais tant de femmes seules en sont victimes !

La société ne peut rien contre ce crime !

 

Dans le prétoire houleux de mes cauchemars,

L’avocat requiert l’oubli, sans aucun retard,

La guérison de tant d’années de souffrance

Détruites par les armes de médisance.

 

Je ne peux oublier ces criminels odieux

Qui ont osé tenir ces propos de vicieux,

Cachés sous l’ombrage de leurs yeux suspicieux !

Leurs bouches hypocrites ont menti aux Cieux.

 

J’appelle à témoin la terre entière

Car ceux qui ont connu mes galères

M’ont vu pleurer sous la violence du destin

Qui me noyait dans la boue, le long du chemIn.

 

Le pire crime commis fut contre mes fils,

Car si je me suis battue au sacrifice,

Je n’ai pu empêcher les prêcheurs d’office

De salir ma famille de leurs sévices.

 

Dans l’absolu, je leur ai accordé mon pardon

Mais au tribunal calomnie, ils sont poltrons

Se dissimulant au fond de leur tanière

Pour attaquer de leur venin de vipères.

 

Le temps a passé mais parfois, je me damne,

Implorant le ciel, qu’enfin on les condamne,

Car ces gens alimentent de leurs fantasmes,

Les peurs agonisant dans l’ultime spasme.

 

TOUS DROITS RÉSERVÉS V.B-BROSSE alias SHERRY YANNE 6 mai 2013

Enregistré sous copyright N°00054250 avant diffusion publique sur internet

Recueil AUX LARMES DE MON CŒUR

Publié aux Éditions ANTYA

Photo internet

 

Calomnie7

 

Date de dernière mise à jour : 08 avr 2019

  • 2 votes. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • PG Léger

    1 PG Léger Le 01 oct 2017

    Il se trouve un juge en chacun qui s'appelle la conscience. Tôt ou tard il finit par donner sa sanction. Tout se paie dans la vie, ou tout se mérite. Et pour ça, il vaut mieux faire le bien que le mal.
    J'ai adoré ton poème Sherry-Yanne.
    Bisous.
    Viviane BARNET-BROSSE

    Viviane BARNET-BROSSE Le 01 oct 2017

    Oui tu as complètement raison! J'ai beaucoup souffert de la calomnie, ou/et médisance et mes enfants aussi et en ce qui me concerne, j'ai beaucoup de mal avec l'hypocrisie des "grenouilles de bénitier" qui sont à peine sorties du culte, et habillent leurs voisins. elles ne sont pas les seules. La méchanceté doit être plus plaisante que la gentillesse pour certains. J'ai une anecdote qui me revient en tête. Une des personnes les plus venimeuses à mon encontre, faisant courir des ragots ignobles, s'est retrouvée un jour divorcée et oubliant tout le mal colporté, elle vient me présenter ses doléances vis à vis des gens qui ne cessaient de la critiquer sur ses faits et gestes. Je n'ai pu que lui répondre "la roue tourne pour chacun et ceux qui propagent le mal, ont un retour de boomerang quand ils en sont victimes à leur tour". Puis je suis partie, la laissant interloquée. Moralité : il ne faut jamais critiquer et juger autrui quand on ne connait pas sa vie. Personnellement je ne juge ni ne condamne personne car j'estime ne pas en avoir le droit. Je suis devenus certes un peu misanthrope mais Dieu merci, j'ai conservé mon empathie pour les "démunis" de la vie. Merci de ton message qui m'a touchée. Bon dimanche à toi !

Ajouter un commentaire

Anti-spam