L’ENFANT DANS LA RUE

L’ENFANT DANS LA RUE

L’ENFANT DANS LA RUE

 

Qui était cette gamine abandonnée ?

Elle attendait dans la rue, un peu sonnée.

La pauvre enfant pleurait à chaudes larmes,

Des yeux noirs, un regard triste qui désarme !

 

L’homme s’approche d’elle, ému par ses pleurs,

En essayant surtout de ne pas lui faire peur.

La môme est rassurée par l’attitude

De l’inconnu rempli de sollicitude.

 

« Pourquoi pleures-tu ma jolie pitchounette ? ».

Elle le repousse d’une pichenette,

Effarouchée par cette voix qui caresse,

Puis s’effondre en racontant sa détresse.

 

La guerre terrible, la fuite éperdue,

Le bateau dans la nuit et ses parents perdus,

Le drame survenu au bord du rivage,

Le navire trop chargé a fait naufrage.

 

La terreur qui s’est emparée des migrants,

Lorsque l’espoir a pris l’eau pour petits et grands.

La bousculade qui l’a séparée des siens,

Qu’elle n’a pu rejoindre ! Elle n’a plus rien !

 

L’homme écoutant ces mots est abasourdi !

Son cœur serré tressaute en bruit assourdi.

Il voudrait pouvoir lui offrir un bon foyer,

Une famille où elle serait choyée.

 

La fillette est la vigie du désespoir.

Elle se blottit sous les étoiles du soir.

Elle rêve aux tendres bras de sa mère,

En se souvenant des câlins de son père.

 

L’homme charitable était un bienfaiteur.

Loin de lui l’idée de jouer au prédateur !

Il recueillit la pauvrette désemparée.

Une goutte d’eau parmi les désespérés !

 

TOUS DROITS RÉSERVÉS SHERRY-YANNE 20 et 21 novembre 2014

Enregistré sous copyright N°00054250 avant diffusion sur internet

Recueil « PETITES HISTOIRES EN VERS ET CONTRE TOUT »

Publié aux Editions ANTYA

 PHOTO INTERNET

 

Enfants dans la misere

Date de dernière mise à jour : 26 mars 2020

  • 5 votes. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • Belhamissi Sadek

    1 Belhamissi Sadek Le 10 déc 2016

    très beau poème qui reproduit parfaitement la tragédie vécue au quotidien par des centaines de milliers de migrants de l'hémisphère sud surtout fuyant la guerre, un génocide ou la détresse conséquente à la famine.
    Le drame est encore plus bouleversant quand il s'agit de petits enfants arrachés à la fois à leur pays natal et par malchance à leurs parents comme dans le cas décrit dans ces vers sublimes de Sherry-Yanne .
    Il n'y a pas si longtemps il n' y avait d'errants que des chats ou des chiens. Dans ce monde inhumain d'aujourd'hui les errants sont des humains qui ont hélas remplacé les animaux .
    Cette tragédie d'actualité n'émeut pas pour autant les gouvernants de ce monde qui ne font rien ou presque en faveur de ces cœurs déchirés, meurtris.
    Sadek Belhamissi
    Viviane BARNET-BROSSE

    Viviane BARNET-BROSSE Le 11 déc 2016

    Bonjour Sadek! Je suis toujours agréablement surprise par vos commentaires si bien écrits; Je suis très touchée. Je vous souhaite un bon dimanche. Amicalement!
  • Belhamissi Sadek

    2 Belhamissi Sadek Le 11 déc 2016

    bonjour Sherry-Yanne
    C'est très gentil de votre part ces mots auxquels je ne reste pas insensible.
    Il m'est tout aussi agréable d'écrire sur le site de ma chère amie chaque fois que l'occasion se présente et je le ferai autant de fois que nécessaire avec le plus grand des plaisirs .
    En vous souhaitant un très beau dimanche .
    Sadek Belhamissi

Ajouter un commentaire

Anti-spam