LE BLOG DE SHERRY-YANNE

LE BLOG DE SHERRY-YANNE

BIENVENUE SUR LE BLOG PERSONNEL DE

Viviane BARNET-BROSSE alias SHERRY-YANNE

Ce blog peut plaire à certains et déplaire à d'autres car mes prises de position ne seront pas forcément les leurs.

La liberté d'expression est un droit pour tout un chacun et le droit au respect aussi. 

La vulgarité, les insultes, la bêtise me sont odieuses donc pour ceux qui ne connaissent que cela, je vous invite à passer votre chemin.

Pour tous les autres, vous êtes les bienvenus dans mon univers même si je ne partage pas vos pensées, vos idées, vos croyances.

Tous mes articles sont écrits avec sincérité et mes mots ne sont que le reflet de mon coeur, de mon âme ou de mon esprit.

Au gré du temps, je peux écrire sur l'actualité politique, religieuse ou sociétale ou tout simplement émettre quelques réflexions philosophiques ou non sur la vie, la maladie, la vieillesse, et autres sujets qui peuvent toucher tout le monde un jour ou l'autre.

Je vous remercie de l'intérêt que vous porterez à ce blog et je vous attends très vite.

A bientôt

Merci de votre présence!

Viviane alias Sherry-Yanne

 

Blog

 

 

Copyrightdepot seal image black bis

 

 

Dans LA SOCIETE
INSÉCURITÉ EN FRANCE

INSÉCURITÉ EN FRANCE

Par Le 30 déc 2021

INSÉCURITÉ EN FRANCE

SCANDALEUX !

Chaque jour de nouveaux faits divers interpellent les citoyens sur l'insécurité qui règne en France par la faute de "racailles" issues des banlieux ou autres "cours des miracles".

Plus personne n'est à l'abri de subir un acte de violence vis à vis de lui-même, ses proches ou ses biens.

Il suffit de voir la recrudescence des fraudes, des actes malveillants, des vols, des cambriolages, des atteintes à la personnes (agressions multiples avec mises à mort de plus en plus souvent), agressions sexuelles et viols, harclèlement via les réseaux sociaux, dénonciaition, diffusion de données privées sur lesdits réseaux sociaux, etc.

Même les libertés de pensée et d'expression sont muselées, pour ne pas se faire insulter, maltraiter, harceler (je pense à Mila car elle est l'exemple flagrant de ce que devient notre société où une gamine de 16 ans qui insulte celui qui la harcèle sur le net, doit vivre cachée pendant que son harceleur continue de jouir de tous ses droits)

Cela se passe en France, au pays des droits de l'homme et du citoyen, en France dans un état laïc où le religieux est censé demeuré dans la sphère privée.

Plus personne n'ose rien dire par peur de tous ces fous qui font passer la religion islamique avant les valeurs de la République.

En France, on peut insulter, harceler et tuer une personne qui ose critiquer la religion, sachant que la notion de blasphème n'est pas un délit dans notre pays.

La France a peur et elle ne protège même plus ses citoyens car elle est impuissante à le faire, tellement les lois "pondues" par les gouvernements successifs ont lié les mains de ceux qui pourraient le faire (justice, police, etc).

La culture woke et la cancel culture sont venues porter l'estocade à un pays déjà moribond et si personne ne réagit, notre nation rendra son âme républicaire avant la fin du 21ème siècle.

Quelle honte !

Je n'aurais cru écrire cela mais finalement, ne faudrait-il pas un jour, envisager une vraie révolution pour récupérer notre nation perdue par tous ces gouvernements successifs qui ont lâchement tout laissé faire depuis 40 ans (électoralisme oblige), au lieu de sanctionner au fur et a mesure tout acte délictueux, tout refus de respecter les lois de la République, tout refus d'intégration et de respect envers le pays d'accueil, etc etc.

Dégoutée !

Découragée !

Honte de ce pays devenu laxiste !

Triste de constater que les citoyens ne comptent plus face a toutes ces associations communautaristes.

Ras le bol !

Tous droits réservés Viviane Brosse aias Sherry-Yanne 16 novembre 2021

Peur sur la ville

IMPLANTATION ANTENNE RELAIS A ST ROMAIN EN JAREZ

IMPLANTATION ANTENNE RELAIS ST ROMAIN EN JAREZ

Par Le 24 sept 2021

IMPLANTATION ANTENNE RELAIS A ST ROMAIN EN JAREZ

FREE et ORANGE envisagent l’implantation d’une antenne 5G ou d'une antenne 3G-4G (par défaut) à moins de 300 mètres des maisons voisines, sans penser aux conséquences néfastes tant sur le plan environnemental que sanitaire ou économique.

Actuellement La commune est couverte par toutes les antennes relais 4G des villages voisins et sa couverture est optimale (pour information plusieurs appareils peuvent rester connectés plusieurs heures sans aucune défaillance d’internet donc cela prouve que le réseau internet est de bon niveau).

La Société Orange s’était engagée à ne pas construire de nouvelles antennes 5G mais d’adapter la 5G sur le matériel existant, ce qui constitue un large échantillon d’antennes entre St Martin la Plaine, Cellieu, le Chatelard, etc etc pour alimenter toute la commune de St Romain en Jarez.

D’autre part, il apparait que St Romain en Jarez sera bientôt équipé avec la fibre, ce qui suffira amplement à pouvoir l’utilisation professionnelle et domestique des habitants de la commune. Dans la réalité la 5G ne va servir que pour la téléphonie. Par contre, pour pouvoir l’utiliser, tous les habitants de la commune seront obligés de s’acheter un nouveau téléphone portable car ceux que nous avons actuellement ne sont adaptés que pour la 4G. Je ne pense pas que tous les saint romanaires ont vraiment l’utilité et les moyens de changer de téléphone. D’après ce qui m’a été répété via des personnes travaillant dans le secteur de la téléphonie mobile, la 5G est utile uniquement pour les personnes possédant des maisons connectées, ce qui ne me semble pas être le cas à St Romain et pour ceux qui s’équipent d’un téléphone récent 5G.

Franchement pour un usage assez restreint, envisager de telles dépenses et une telle nuisance, d’abord pendant la période des travaux, ensuite dans l’usage quotidien de ceux qui vont subir les ondes en permanence, ne parait pas judicieux.

L’intérêt de la santé publique, de la préservation de la faune, et du patrimoine naturel de notre campagne est plus important que le bénéfice pécunier pour les sociétés ORANGE et FREE mais aussi pour tous les lobbys chinois qui sont derrière ce développement intensif de la 5G.

Récemment dans un journal local est paru un article concernant un paysan de la Haute Loire qui a vu le lait de ses 200 vaches se tarir, suite à l’implantation d’une antenne vers chez lui. Qu’en est il de la détresse socio-économique de personnes victimes des ondes négatives de ces antennes, tels que les agriculteurs qui ont déjà du mal à survivre dans la déstructuration du monde économique que vit la France depuis plusieurs années.

Qui prendra en charge le traitement des cancers s’il s’en développe anormalement sur le secteur ? le nombre de cancers a explosé ces dernières décennies mais cela n’interpelle toujours pas les pouvoirs publics sur le développement néfaste d’une technologie que personne ne maîtrise vraiment à ce jour.

Qui prendra en charge, la destruction de la faune, et des parcelles avoisinantes si elles deviennent impropres à la culture ?

Qui prendra en charge la perte de 30% sur un bien immobilier. Imaginons un propriétaire qui a acheté sa maison 300000 euros avec un emprunt du même montant, qui voudrait la revendre mais ne pourra malheureusement la vendre que 200000 euros en perdant 100000 euros, alors que lui-même les devra encore à l’organisme prêteur. Qui lui remboursera la somme perdue par la faute d’une antenne plantée près de chez lui ?

La parcelle concernée est située à côté d’un vieux chemin de randonnée qu’utilisent tant les promeneurs à pied que ceux qui se promènent en quad ou autres. Ce chemin risque de ne plus pouvoir être utilisé pour éviter encore plus de dommages collatéraux.

La commune va perdre son charme rustique et campagnard pour satisfaire des lobbys qui n’en ont rien à faire du bien être d’autrui.

La France est déjà envahie par les ondes (lignes à haute tension, Linky, etc ) donc inutile d’en rajouter toujours plus, surtout dans un cadre rural et pour un usage aussi restreint en fin de compte. De plus en plus de citadins quittent la ville pour fuir toutes les formes de pollution (et les ondes diverses en font partie) pour migrer vers les campagnes qui offrent encore une certaine qualité de vie. C'est un avantage mais cela impose aussi des choix et des limites dans une technologie de plus en plus intrusive et nocive.

A titre informatif, j'ai recopié ci-dessous une fiche sanitaire que vous pouvez lire sur le site "Robin des Toits".

Fiche sanitaire source Robin des Toits

L’exposition aux rayonnements en Hautes Fréquences

Une antenne-relais envoie le maximum d’énergie de manière dirigée sur un faisceau ou azimut. Cela génère une enveloppe de densité d’énergie appelée « lobe principal ».

Les opérateurs utilisent ce concept « d’énergie dirigée » pour affirmer que les occupants d’un immeuble, ayant une antenne-relais sur leur toit, sont protégés par un prétendu « effet parapluie ». C’est oublier l’existence de « lobes secondaires », moins denses en énergie, mais qui vont irradier les occupants de cet immeuble.

L’exposition aux rayonnements en Très Basses Fréquences

Un dispositif d’antenne-relais implique un local technique énergivore, qu’il faudra alimenter en électricité via l'immeuble, avec des conducteurs de grande capacité, et des transformateurs rayonnant en champ magnétique.

Il s’agit d’une structure lourde en poids, qui peut affecter la stabilité de l’immeuble et provoquer d’autres préjudices.

Les conséquences sanitaires

· Des milliers d’études nous renseignent sur le danger des ondes de la téléphonie mobile. (Voir ci-dessous)

· Les pouvoirs publics, sous la pression des opérateurs, affichent un vrai déni des risques pour la santé.

· Les normes précisant les Valeurs Limites d’Exposition (VLE) en France, sont particulièrement élevées. Elles ne tiennent compte que des effets thermiques, et nient les effets biologiques, en particulier au niveau de la cellule. Ces valeurs ont été édictées par un organisme nommé ICNIRP (Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants) dont les conflits d’intérêt ont été souvent dénoncés. [1]

Sur le plan éthique et social

Accepter un tel équipement pour toucher des dividendes (qu’il faudra partager avec tous les

Copropriétaires et déclarer au fisc) est un challenge perdu d’avance, au vu des conséquences à court, à moyen ou à long terme, sur la santé des occupants de l’immeuble.

Par ce choix, les responsables vont irradier -et le terme n’est pas trop fort- les habitants du proche voisinage, sans leur consentement, et ainsi impacter gravement leur qualité de vie, leur santé et … la valeur de leur patrimoine immobilier.

Cette attitude, vis à vis de ses semblables, même si elle s’inscrit dans un cadre légal, est criminelle d’un point de vue éthique. Il est aPersonnelleussi criminel d’argumenter que, si l’immeuble refuse l’installation de l’antenne, elle sera sans doute installée sur un immeuble voisin, dont les copropriétaires toucheront la (maigre) manne financière.

Non seulement il est légitime de refuser cette installation pour son immeuble, mais il est impératif d’alerter les occupants des immeubles voisins des risques énormes encourus. Cela s’appelle « la solidarité ».

Les mesures d’exposition aux champs électromagnétiques (Hautes fréquences seulement).

Il est d’abord utile de consulter notre fiche sur les demandes de mesures [2]

Il est possible de demander des mesures officielles gratuites avec l'imprimé CERFA dédié. [3]

(Dans « Précisions » (III) il faut cocher impérativement la seconde case).

Les laboratoires agréés sont tenus de respecter un protocole établi par l’ANFR (Agence Nationale des Fréquences).

Ce protocole impose des conditions de mesures qui aboutissent à des valeurs moyennées, lesquelles ne tiennent pas compte du caractère pulsé des rayonnements, et donc ne donnent aucune indication de l’impact réel de ces impulsions « coup de poing » ni de l’influence de leurs pics d’intensité sur le vivant.

Ces valeurs sont la plupart du temps de 50 à 100 fois inférieures aux normes en vigueur, ce qui ne les rend pas pour autant insignifiantes.

A ce jour, il n’y a aucune utilité à construire une antenne relais (qu'elle soit 5G 4G ou 3G) sur la commune de St Romain en Jarez puisque la commune a une couverture optimale et que les deux lieux-dits classés en zone blanche le resteront. Une majorité d’habitants dudit village y est opposée (voir les signatures recueillies par les pétitions, tant sur internet que sur papier suite au démarchage du collectif saint romanaire anti antenne relais) et il semble inconcevable qu'on entende ni leur souhait, ni leurs doléances. Dans un pays démocratique, il semblerait que la voix populaire ne soit plus ni écoutée, ni entendue.

Les habitants du secteur, concernés par l'implantation de cette antenne, sont plusieurs à refuser de perdre leur qualité de vie, et surtout de mettre leur santé en danger pour satisfaire aux exigences de groupes ou d’entreprises qui ne subiront pas les aléas au quotidien, mais se contenteront d’empocher les bénéfices, au détriment du bien-être de leur existence.

NON A L’ANTENNE RELAIS 5G OU A L'IMPLANTATION DE TOUTE AUTRE ANTENNE RELAIS (3G OU 4G) SUR LA COMMUNE DE ST ROMAIN EN JAREZ

---------------------

Tous droits réservés 21 septembre 2021

Viviane Brosse alias Sherry-Yanne

Photo d'illustration empruntée au collectif de St Romain en Jarez contre l'implantation d'une antenne relais sur la commune

 

Photo st romain avec emplacement antenne relais a la cordeliere

 

Dans LA SOCIETE
MYSTÈRES DE L'ORTHOGRAPHE

MYSTÈRES DE L'ORTHOGRAPHE

Par Le 10 août 2021

MYSTÈRES DE L'ORTHOGRAPHE

L'orthographe et ses mystères !

Phénomène incontournable sur les réseaux sociaux !

Ce jour, dans un groupe facebookien, je lis que nous sommes revenus au temps des rois et des cerfs qui sont saignés.

Oh oh !

S'agirait-il d'une chasse a courre ?

Que nenni !

L'auteur de ces mots voulait parler du servage, en l'occurrence des serfs saignés par leurs seigneurs et maitres.

Cet exemple apporte la preuve que l'orthographe n'est pas une option facultative car un simple mot mal écrit change complètement le sens d'une phrase.

Dans le premier cas le cerf est un animal (qui est réellement saigné d'ailleurs) et dans l'autre un être humain en servage (réduit en esclavage et saigné symboliquement).

D'ailleurs en parlant de seigneur, j'ai lu une autre fois le mot saigneur, ce qui prête aussi à confusion,.

Des mots mal orthographiés induisent en erreur et dans le cas de mon exemple, personne ne sait si on parle du saigneur des cerfs ou du seigneur des serfs.

Parfois je ne peux m'empêcher de sourire en lisant certains commentaires.

Parfois j'ai aussi envie de pleurer quand je vois l'illettrisme et la non alphabétisation devenir normalité dans un pays qui autrefois était une référence dans de nombreux domaines dont la culture et l'enseignement.

Une chose est certaine. Beaucoup de fautes pourraient être évitées avec des astuces. Par exemple beaucoup de gens écrivent "avoir tord" au lieu de "avoir tort". Il suffit de se dire que le "tort tue" pour se rappeler que tort s'écrit avec un T et non pas un D. Il y a plein d'exemples comme cela et quand je vois des journalistes faire autant de fautes alors qu'en principe, ils ont un cursus littéraire, cela fait peur.

Triste constat tout de même !

Bonne nuit à vous tous !

Tous droits réservés 11 juillet 2019

V.B-Brosse alias Sherry-Yanne 

Copyright N°00060780 et 00067596

Image d'illustration trouvée sur internet sans mention apparente de droits

 

Orthographe 1

NOTION D'ETERNITE

NOTION D'ETERNITE

Par Le 10 août 2021

NOTION D’ETERNITE

Vous est-il arrivé(e) de vous trouver submergé(e) par l’émotion en contemplant un paysage, de vous sentir imprégné(e) par une atmosphère particulière comme si le temps s’arrêtait autour de vous, ou avec l’impression que le passé ressurgissait sous vos yeux ?

Lors de mes ballades dans les forêts du Cantal avec mes trois chiens, il y a déjà quelques années, il m’est arrivé de ressentir cette osmose parfaite avec la nature, cette harmonie avec l’univers, cette notion d’éternité qui vous pousse pratiquement à vous agenouiller pour contempler et rendre grâce des merveilles offertes par le Créateur dans une sorte de spiritualité intense, sans religion, sans église, juste un acte de foi personnel. Chaque fois, je suis revenue de ces promenades avec une joie intérieure profonde et un esprit ressourcé.

En dehors des escapades cantaliennes, je ne suis partie en vacances que deux fois dans ma vie déjà longue car j’ai connu de nombreuses années de « galères » qui ne font pas l’objet de ce billet.

En 2005, la famille au complet, (mari et enfants respectifs), est partie destination Le Périgord. Des vacances inoubliables qui ont ravi nos grands adolescents, heureux de rester au camping avec d’autres jeunes gens de leur tranche d’âge, pendant que mon mari et moi-même partions à la recherche du trésor patrimonial, historique voire préhistorique de cette région.

Nous avons visité des châteaux, des lieux datant de la préhistoire et apprécié la gastronomie locale.

Un souvenir comme une image confuse, dans le brouillard du temps, me revient en mémoire.

Impossible de me rappeler le lieu ! juste un ressenti !

Nous visitions un château et nous étions en hauteur, la plaine s’étendait au loin, jusqu’à l’horizon. Ce château fier, debout sous la voûte du ciel avait repoussé les assauts de l’assaillant anglais, cet ennemi héréditaire, dont les monarques issus de la « louve de France » revendiquaient le trône du royaume des lys, pendant la fameuse « guerre de cent ans ». Dans le calme du présent périgourdin, je voyais surgir des guerriers en cottes de mailles, montés sur de fougueux destriers, portant haut les couleurs de leurs étendards seigneuriaux, l’épée en avant dans un esprit de conquête devenu quotidien à cette époque. Un souffle imperceptible pour les autres m’a fait frissonner, une émotion m’étreignait devant cette vision témoignant de l’immuabilité de l’espace-temps.

Le présent dans sa banalité quotidienne m’apporte souvent cette communion avec l’immensité de l’éternité. Chaque matin, en buvant mon café sur ma terrasse enchanteresse, j’admire le paysage alentour, le village qui a vu naître, vivre et mourir mes ancêtres. Certains dorment dans le cimetière actuel, dont les croix blanchies s’illuminent au soleil levant.

Je regarde ce paysage, ces terres agricoles que mes aïeux ont cultivé avec amour car le lien entre l’homme et sa terre était indissoluble. Ces parcelles de terre seront toujours là quand ma génération et la suivante auront quitté la surface de la terre. Elles survivront aux saisons qui s’écouleront au fil des années. Elles nourriront toujours nos descendants sauf si l’appât du gain qui pourrit l’humanité ne programme leur destruction à plus ou moins long terme, à des fins de rentabilité.

L’argent pervertit souvent tous ceux qui l’érigent en maître absolu, en veau d’or mais comme tout vivant, ceux-là aussi retourneront dans la poussière de la terre.

Car il ne faut jamais oublier que la terre nourricière est aussi celle qui enveloppe de son linceul protecteur, ceux que le silence de la mort lui confie.

Le temps passe inexorable, emportant tout sur son passage, courant à la rencontre de ce mystère que représente l’Eternité !

Tous droits réservés V.B-BROSSE alias SHERRY-YANNE 30 JUILLET 2016

Enregistré sous copyright N°00054250 avant diffusion sur internet

PHOTO INTERNET

 

Eternite paysage

Dans LA SOCIETE
LA VIEILLESSE

LA VIEILLESSE

Par Le 10 août 2021

LA VIEILLESSE

« La vieillesse est un naufrage, les vieux sont des épaves ! » Chateaubriand

« La vieillesse est un naufrage. Pour que rien ne nous fût épargné, la vieillesse du maréchal Pétain allait s'identifier avec le naufrage de la France. » Charles De Gaulle

« La vieillesse est un naufrage » ! combien de fois ai-je entendu cette citation par mon vieux père, désespéré de voir diminuer ses facultés physiques voire mentales ? beaucoup trop souvent, sans aucun doute.

Je ne peux que valider cette maxime pleine de bon sens.

Le temps est venu pour nos parents et les parents de nos conjoints d’être sur le dernier tour de piste, celui qui conduit aux frontières de cet inconnu qui nous attend tous un jour.

Mon constat est plutôt mitigé car effectivement notre monde moderne comptabilise un nombre recrudescent de centenaires, ce qui est en principe le signe d’une bonne santé sociétale.

Paradoxalement, beaucoup de ces personnes deviennent totalement dépendantes, perdant la notion de la réalité (pour faire simple, « perdant la tête ») ainsi que celle de contrôler leurs besoins naturels.

Réaliser que « pépés ou mémés » portent des couche-culottes comme des bébés me fait prendre conscience que je n’ai pas envie de vivre aussi longtemps, si les conséquences d’une vie prolongée sont la perte de dignité du corps, de l’esprit et de la conscience.

Il est très dur d’admettre que des tierces personnes viennent lever, laver (notamment les parties intimes), habiller, faire manger ou coucher des êtres humains tellement diminués et fragilisés par le poids des ans qu’on finit par oublier les individus qu’ils étaient avant, leur force physique et mentale, leur autorité naturelle, leurs compétences, l’invincibilité qu’ils représentaient pour leurs enfants abritant leurs peurs dans le giron protecteur familial.

La politique actuelle consiste dans le maintien à domicile dans la mesure du possible. Cela permet aux « anciens » de garder leurs repères dans un environnement familier et cela coûte moins cher aux familles et à la sécurité sociale que les hébergements dans des maisons de retraite très onéreuses pour tout le monde et souvent destructrices pour l’équilibre psychique de nos ainés qui se sentent mis au rencart, abandonnés, et qui se laissent mourir beaucoup plus vite pour certains, surtout ceux qui ont toute leur tête et qui comprennent qu’ils sont un poids pour leurs familles.

Malheureusement ces placements deviennent parfois d’une urgence absolue pour les personnes vivant seules et dont les dégradations tant physiques que mentales ne permettent plus l’autonomie à domicile, les proches ayant eux-mêmes leur propre vie, une activité professionnelle, un éloignement géographique et surtout pas les capacités pour s’occuper de personnes complètement dépendantes.

Face au vieillissement de la population, le métier des « aidants à domicile » notamment les « auxiliaires de vie » est en recrudescence, pour ne pas dire un métier d’avenir où le chômage sévit moins que dans les autres catégories professionnelles.

Personnellement je reste admirative face au dévouement de certaines de ces professionnelles du maintien à domicile qui apportent encore un sourire, un réconfort, un « rayon de soleil » aux personnes qu’elles ont en charge. Ce sont parfois les seuls contacts humains que certaines personnes âgées ont quelques heures par semaine, et qui les rattachent encore au monde des vivants.

Bonne journée à tout le monde !

TOUS DROITS RESERVES V.B-BROSSE alias SHERRY-YANNE 20 juillet 2016

Enregistré sous copyright N°00054250 avant diffusion sur internet

PHOTO INTERNET

Vieillesse

LA SOUFFRANCE

LA SOUFFRANCE

Par Le 10 août 2021

LA SOUFFRANCE

La souffrance est une compagne pour ne pas dire une « maîtresse » possessive et sadique.

Elle enchaîne l’âme ou l’esprit, le cœur et le corps dans une prison invincible.

Elle prend sa source dans les cataclysmes de la vie, elle charrie son lot de mal-être, de déséquilibres nerveux, de perturbations mentales et de douleurs physiques.

Celui qui ne la connaît qu’occasionnellement ou qu’épisodiquement ne peut pas comprendre celui qui n’arrive pas ou plus à se libérer de ses chaînes maudites.

Elle peut être d’origine familiale, professionnelle, médicale, sociétale, criminelle ou autres.

Réunir plusieurs de ces facteurs, décuple le mal qui ronge à l’intérieur en détruisant petit à petit toutes facultés pour faire face.

Il faut du courage pour lui résister sans sombrer dans un abîme de plus en plus profond, accepter l’idée de cette intrusion parasite et intempestive dans sa propre vie.

Parfois, il arrive à des personnes de ne plus pouvoir supporter l’amplitude de leur mal de vivre et de le fuir à travers des pseudos paradis artificiels que représentent les drogues, l’alcool, le tabac, le sexe à outrance et autres dépendances factices et nocives pour le cerveau et la dignité de l’être humain.

D’autres franchissent carrément la ligne interdite que représente le suicide dans l’inconscient collectif. La plupart des gens parle de lâcheté mais moi, j’y vois plutôt beaucoup de courage car il en faut pour partir vers un territoire inconnu, sans espoir de retour, sans savoir ce qui attend le « vivant » au-delà des frontières de la mort, notamment pour les « suicidés » privés de l’espérance divine dans les religions judéo-chrétiennes car la vie n’appartient qu’à Dieu qui décide seul, du jour, de l’heure et du lieu. Que ces gens si malheureux dans leur vie terrestre, puissent enfin connaitre la paix dans le sommeil éternel !

Porter sa souffrance est une chose mais porter celle des autres, en plus de la sienne, notamment celle de ses enfants, devient de plus en plus lourd à supporter au fil du temps qui passe inexorablement, recouvrant d’une chape de plomb les épaules du « souffrant », voûtant son dos et laissant couler les larmes de ses yeux qui ont vu tant et tant de choses depuis sa naissance.

C’est sans doute ce qui fait vieillir prématurément !

L’optimiste est bien malgré lui désarmé face à la cruauté du sort qui s’acharne sur lui et comme le pessimiste, il n’arrive plus à voir la coupe à moitié pleine. Il comprend que lui aussi devra la boire jusqu’à la lie de l’amertume.

Au printemps de sa vie, l’enfant rêve son avenir et commence à réfléchir à ses projets.

A l’été de sa vie, l’adulte concrétise lesdits projets, réalisant parfois ses rêves.

A l’automne de sa vie, chacun espère se retourner sur un parcours de vie pas trop chaotique, en ayant accompli une bonne partie de ses projets ou de ses rêves : un travail, une maison, un mariage réussi, des enfants, voire des petits enfants.

A l’hiver de sa vie, le vieillard met en ordre ses affaires terrestres et spirituelles car il sait que son temps est compté et qu’il va rejoindre plus ou moins prochainement son créateur.

Selon que l’on vive en Orient ou en Occident, les cartes remises à la naissance ne seront pas les mêmes tant pour les hommes que pour les femmes. Sans parler de tricherie, les jeux sont parfois truqués, les outils tronqués et la chance n’est pas au rendez-vous pour tout le monde.

Pour en revenir au « vivant » en général, il est indéniable qu’il naît dans la souffrance et qu’il meurt avec elle, même si on dit de quelqu’un qu’il est mort sans souffrance. Il reste toujours celle de quitter ses proches à jamais. Entre ces deux points principaux de la naissance et de la mort, il y a la vie et la souffrance va s’attacher, pour ne pas dire s’acharner, sur certains plus que sur d’autres, sans que personne n’en sache les raisons.

C’est la fatalité du destin !

Bonne semaine à tout le monde !

Tous droits réservés V.B-Brosse alias Sherry-Yanne 18 juillet 2016

Article enregistré sous Copyright N°00054250 avant diffusion sur internet

PHOTO INTERNET

 

Souffrance 1

 

 

A LA POURSUITE DU TEMPS

A LA POURSUITE DU TEMPS

Par Le 10 août 2021

A LA POURSUITE DU TEMPS !

Une tasse de café posée sur la table, assise sur ma terrasse enchanteresse, je rêvasse !

Enfin, je devrais plutôt dire que je laisse mon esprit s’égarer vers des sphères inconnues.

Les rouages de la pensée humaine sont des mystères que nul n’a résolu.

Je m’accroche aux ailes du temps, ce compagnon invisible, que personne n’a jamais pu attraper dans sa fuite éperdue.

Il survole la route du passé, et se dirige vers celle du futur, suspendant provisoirement son envol pour se reposer sur l’aire du présent. Il dépose des petits cailloux au hasard de ses pérégrinations lesquels resteront des souvenirs dans la mémoire de tout un chacun.

Le temps est un aventurier intrépide et indomptable, épris de liberté et d’idéalisme.

C’est un troubadour de la vie et un serviteur de la mort qui guide chaque vivant du miracle de la naissance dans l’amour jusqu’à la fatalité de la mort dans l’intensité du chagrin et du deuil, pour ceux qui ont encore une bonne longueur de route à effectuer.

Le temps charmeur, séducteur, offre des bouquets de promesses aux pétales teintés des couleurs de l’espoir, dont le délicat parfum distille une subtilité de fragrances, celles de l’espérance.

C’est aussi un maraudeur qui entre par effraction dans la vie des uns et des autres, pour éteindre une bougie ou cueillir une fleur délicate qui ne s’épanouira plus au milieu des autres fleurs du jardin.

Le temps est d’humeur imprévisible.

Il se révèle parfois un ennemi redoutable mais il gagne à tous les coups donc qui que nous soyons, nous serons toujours les perdants dans cette joute inégalitaire avec lui.

Il nous faut comprendre dès notre plus jeune âge, que le combat est perdu d’avance, que l’adversaire sera toujours le plus fort.

Dès l’enfance, il faut apprendre à vivre l’instant présent avec ses joies et ses peines, ses moments de bonheur et ses moments de malheur.

Demain n’est qu’utopie pour le présent qui égrène déjà la litanie nostalgique sur le chapelet du passé.

Carpe Diem !

Deux mots pour dire tant de choses, pour résumer une philosophie d’être, une manière de vivre.

La sagesse s’acquiert au fur et à mesure que la jeunesse s’enfuit avec ce coquin débaucheur.

C’est sans doute une bonne chose d’être aveuglé(es) par les artifices lumineux des rêves souvent illusoires qui éblouissent souvent les deux premières saisons de la vie.

L’automne permet de recouvrer la vue avant de plonger de nouveau dans les ténèbres de l’hiver.

Le temps est un vaste sujet, il est infime, il est « tout », il est éternité !

Personne n’a encore trouvé le temps et le moyen de l’apprivoiser, voire de l’emprisonner pour ouvrir aux vivants, les portes de l’immortalité.

 

Tous droits réservés V.B-BROSSE alias SHERRY-YANNE 3 août 2016

Enregistré sous copyright N°00054250 avant diffusion sur internet

PHOTO INTERNET

Eternite 1 1

RECHERCHES ET ENQUETES CIVILES OU JUDICIAIRES VIA INTERNET

RECHERCHES ET ENQUETES CIVILES OU JUDICIAIRES VIA INTERNET

Par Le 10 août 2021

RECHERCHES ET ENQUETES CIVILES OU JUDICIAIRES VIA INTERNET

En principe personne (ou presque) n’aime être « fliqué » ou suivi que ce soit via son téléphone mobile ou via internet et quand on est dans ce cas, on s’arrange pour délocaliser son téléphone et ne rien indiquer de personnel sur les réseaux sociaux, hormis ses noms et prénoms, parfois, pour des raisons justifiées mais sans donner plus de précision. De cette manière, on a tendance à se dire qu’on se sent protégé, dans son univers quotidien.

C’est ce que je pensais plus ou moins jusqu’à quelques semaines en arrière.

Comme vous le savez tous, je fais de la généalogie mais mon arbre est masqué pour les contemporains de moins de 120 ans et je suis inscrite sous un pseudo, ne mentionnant pas mes noms et prénoms.

Quelle ne fut pas ma surprise de recevoir un message via un profil généanet m’indiquant textuellement :

« Bonjour je fais actuellement une recherche etc. On m’a confié un dossier au nom de Mme Viviane R….née B….le 00/00/0000 à xxx et ayant habité lieu dit xxx à xxx. S’il s’agit bien de vous, pouvez vous prendre contact avec moi »; ce message était signé, accompagné du nom d’une société et d’un numéro de téléphone.

Je vous assure que sur le coup, je suis restée sidérée, sans même pouvoir parler tellement ce genre de message m’a scotchée devant mon écran.

En effet, les éléments indiqués dans ce message remontaient à 30 ans et internet n’existait pas à l’époque. De plus comme dit plus haut, je suis inscrite sur ce site sous un pseudo.

Une fois remise de ma surprise, j’ai d’abord cherché qui était cet individu « généalogiste » dont les nom et prénom indiqués ne correspondaient pas à celui cité dans le message reçu.

Je suis donc partie en recherche à mon tour, sur le net et j’ai trouvé le site de cette société. Apparemment C’était une société habilitée dans les enquêtes civiles pour rechercher les personnes « mauvais payeurs », les contrats d’assurance vie en déshérence etc.

En ce qui me concerne, je n’étais pas inquiète, car je me connais assez pour savoir que je paye mes dettes au centime près et que le terme de « mauvais payeur » ne me correspond absolument pas.

Le lendemain j’ai donc téléphoné au numéro indiqué et je suis tombée sur une personne fort sympathique qui m’a expliquée ce que j’avais découvert via leur site internet.

Par curiosité, je lui ai demandé plus d’explications tant sur la structure de la société qui l’employait ainsi que sur ses recherches précises à mon encontre.

Elle m’a donc confirmée que la société était chargée d’enquêtes civiles concernant divers registres dont ceux que j’ai cités plus haut.

En ce qui me concerne, je lui ai demandé comment elle avait fait pour me « retrouver » et plus exactement me « situer ».

La société qui a mandaté la sienne pour les charger de mon dossier, avait mes date et lieu de naissance.

Elle a contacté la mairie concernée qui lui a délivré mon acte de naissance, ainsi que tous les éléments concernant ma situation matrimoniale.

Ensuite, elle m’a dit que la première chose que les enquêteurs font, c’est de chercher sur Facebook car les gens donnent tous les détails de leur vie privée et racontent leur vie.

Surprise, je lui réponds, "ce n’est pas mon cas puisque je n’indique aucun élément personnel et que mon « facebook » me sert surtout à partager les textes de mon site".

Et ce fut sa deuxième recherche puisqu’elle a parcouru mon site ensuite, lu quelques poèmes et vu que j’avais une rubrique généalogie. Par déduction sachant que Généanet est le premier site de généalogie en France, elle a continué ses recherches sur internet.

Mon nom n’est pas indiqué mais je pense qu’elle a dû explorer plusieurs profils sur généanet car j’ai vu plusieurs fois que lorsque je trouve une piste d’ancêtres communs, certains généalogistes indiquent en source (et je les en remercie) mes nom et prénom suivis de mon pseudo.

Elle a avoué m’avoir écrit comme pour jeter une "bouteille à la mer" ne sachant pas si j’étais la bonne personne et surtout si j’allais répondre.

Etant donné que j’avais la conscience tranquille, ma curiosité a été la plus forte, et l’objet de ladite recherche m’a confirmée que je n’avais rien à craindre.

La loi du 13 juin 2014, dite loi Eckert, impose aux banques et assurances, depuis le 1er janvier 2016, de recenser les comptes bancaires inactifs et les contrats d'assurance vie en déshérence afin d'en rappeler systématiquement l'existence à leur titulaire, ce qui était mon cas, un contrat jamais résilié depuis 30 ans et sans objet à ce jour, que je vais m’empresser de clôturer pour respecter la législation.

Par contre, je me suis dit que ceux qui pensent qu’ils ne risquent rien, et que vu leur discrétion sur internet, on ne pourra jamais rien savoir sur eux, ont complètement tort.

Qui aurait cru que je serais contactée 30 ans après les faits, en ayant changé de nom, et de département ?

Miracle ou abus de la technologie ? Je préfère ne pas répondre.

Je vous laisse méditer sur le sujet et je vous souhaite à toutes et tous une bonne continuation avec ou sans internet.

Tous droits réservés 8 mars 2020

Viviane B-Brosse alias Sherry-Yanne

Enregistré sous copyright N°00067596 avant diffusion publique

Publié sur mon site le même jour

Photo internet 

 

Enquetes reseaux sociaux differents types de reseaux sociaux

Dans GENEALOGIE
PATRIMOINE GENETIQUE ET GENEALOGIQUE

PATRIMOINE GENETIQUE ET GENEALOGIQUE

Par Le 10 août 2021

PATRIMOINE GENETIQUE ET GENEALOGIQUE

Tout individu est doté d’un patrimoine génétique dès sa naissance.

Cette hérédité lui confère des caractéristiques individuelles qui l’intègre au sein d’une immense saga familiale même si personne n’en a conscience, en admirant le beau bébé qui vient de pointer son petit museau adorable, et ledit poupon encore moins que les autres.

Ses parents vont l’observer sous toutes les coutures et au fur et à mesure des mois, voire des années qui passeront, ils décèleront des similitudes avec des membres de leur famille.

Papa remarquera qu’il a les yeux bleus de grand-père Ernest et le sourire de l’oncle Adolphe. Maman, quant à elle, notera que ses magnifiques cheveux blonds sont ceux de grand-mère Adélaïde mais que son pied droit un peu fort lui vient de la tante Berthe.

Pourtant d’autres aspects physiques ou des traits de caractère peuvent apparaître au fil du temps, laissant les parents surpris et interrogateurs sur les origines de ceux-ci.

L’étude de la généalogie serait sans doute révélatrice de ces particularités spécifiques.

Qui parmi vous, a lu « Le Chien des Baskerville » écrit par Arthur Conan Doyle ?

Je l’ai lu il y a environ 40 ans mais mes souvenirs sont demeurés assez précis concernant l’intrigue de ce roman policier.

Tout se passe dans la lande anglaise au 19ème siècle, dans un manoir appartenant à Sir Henry Baskerville, un jeune baronnet venant d’hériter du titre et des biens en suite de la mort de Sir Charles Baskerville son oncle, tué par un chien monstrueux sur la lande. L’apparition de ce cabot maléfique est la conséquence d’une malédiction pesant sur la famille Baskerville depuis le moyen-âge. Leur aïeul Sir Hugo Baskerville ayant été le fautif et la première victime du maléfice.

A quelques kilomètres du manoir isolé, se trouve la demeure d’un chasseur de papillons dénommé Stapleton qui vit à coté des marécages avec sa jolie sœur dont le charme ne laisse pas indifférent notre jeune hobereau.

Sherlock Holmes, détective au 21 Baker Street à Londres et son fidèle ami le Docteur Watson sont chargés de protéger Sir Henry et de résoudre cette énigme. Le génial détective trouvera la solution en observant les portraits accrochés au mur du grand escalier dans le manoir. Ces tableaux représentent tous des générations d’hommes et de femmes, ancêtres de Sir Henri, et notamment celui de Sir Hugo, l’aïeul diabolique qui engendra la terrible malédiction. La ressemblance avec Stapleton va l’interpeller et celui-ci deviendra son principal suspect. Il lui tendra un piège, et sauvera ainsi le baronnet.

Stapleton était un descendant direct de Sir Hugo, issu d’une branche que tout le monde croyant éteinte et son objectif était de s’approprier le titre et les propriétés qu’il pensait lui être dus car il n’avait jamais pu admettre que sa famille ait été déshéritée dans l’oubli de tous. Il était le seul parent vivant de Sir Henri donc son héritier légal.

Cette histoire est une fiction mais elle est représentative de ce capital génétique et généalogique que nous ont transmis nos ancêtres.

Une autre histoire véridique, celle-ci, me vient à l’esprit.

Au moyen-âge, 14ème siècle, entre 1347 et 1352, une épidémie de peste dite « la peste noire » a décimé l’Europe, tuant pratiquement 50% de la population européenne. Les survivants ont développé des anticorps pour résister à l’effroyable pandémie. Ces gènes fortifiés ont été transmis à tous leurs descendants, soit pratiquement toute la population occidentale actuelle (Europe et Etats-Unis qui sont les descendants des européens du moyen-âge). Il s’est avéré que les épidémies de peste suivantes ont été moins meurtrières du fait des anticorps développés chez les survivants et leurs multiples descendants.

Le patrimoine génétique apporte aussi sa dose de maladies, difformités, atrophies ou autres tares héréditaires.

Ce fait est une évidence dans certaines dynasties royales particulièrement touchées par cette lourde hérédité, du fait des mariages arrangés entre les familles, les noces de la noblesse étaient encore plus consanguines que les mariages du peuple.

Le droit canon imposait des dispenses pour les mariages aux 3ème et 4ème degrés (ce que l’on voit souvent dans les registres paroissiaux pour ceux qui font de la généalogie) mais les nobles se mariaient souvent entre cousins au 2ème degré (cousins germains) sur plusieurs générations ce qui « affaiblissait la race ». Une expression populaire existe toujours pour parler de certains cas que l’on dit « être des fins de race ».

Quelques exemples me viennent à l’esprit, notamment le prognathisme habsbourgeois ou l’hémophilie que la reine Victoria a laissé à toute sa descendance européenne.

Le prognathisme habsbourgeois appelé aussi prognathisme autrichien ou lippe habsbourgeoise est une malformation héréditaire retrouvée dans la famille de Habsbourg, se traduisant par un important prognathisme inférieur, autrement dit, « le menton en galoche ». Cette malformation était due aux multiples mariages consanguins.

L’hémophilie est une maladie hémorragique héréditaire, longtemps appelée "maladie royale". La conductrice la plus célèbre de cette maladie est la Reine d’Angleterre et impératrice des Indes, Victoria, qui régna de 1837 à 1901. Son huitième enfant, Léopold, était atteint d’hémophilie. Il est décédé d’une hémorragie cérébrale à l’âge de 31 ans. Deux des filles de la reine, Alice et Béatrice étaient également porteuses de l’hémophilie et ont transmis la maladie aux familles royales d’Espagne, d’Allemagne et de Russie. Pour résumer les femmes sont porteuses du gène et les hommes développent la pathologie.

Pourtant développer des maladies auto-immunes n’est pas réservé qu’aux porteurs du « sang bleu ».

Certaines maladies ne peuvent se déclarer que si les deux parents sont porteurs du gène déficient et souvent c’est un ancêtre commun, lui-même porteur du gène maudit, qui l’a transmis à sa descendance. Au hasard des générations et des unions successives, il va se nicher et se développer chez un sujet qui héritera de ce patrimoine génétique malchanceux.

Sans parler de cas extrêmes, certaines particularités physiques peuvent s’expliquer par un aïeul à la 3ème, 6ème, voire 10ème génération, lui-même affublé d’un grain de beauté à un endroit similaire, ou atteint d’une cicatrice atypique, en forme d’étoile par exemple, d’un don artistique tel que la musique, l’écriture, la poésie, le chant ou d’autres dons plus sportifs que l’on retrouvera à la énième génération sans savoir d’où cela vient et pourquoi cet enfant-là est différent des autres par ses choix et ses capacités physiques ou intellectuelles.

Il y a aussi le langage verbal et le langage gestuel qui sont souvent innés et instinctifs même chez des personnes ne se côtoyant pas quotidiennement.

Aimez-vous Agatha Christie, auteur de romans policiers ?

Un de ses romans « Le Noël d’Hercule Poirot » raconte l’histoire d’un vieux grigou qui a plusieurs enfants légitimes, qui se vante d’en avoir des illégitimes et qui se fait assassiner car il veut changer son testament. L’assassin est sans doute un de ses enfants ! oui, mais lequel ?

Car ce qui parait évident ne l’est pas tant que cela et tout se joue sur les chassés croisés de personnages qui font se troubler la vue du vieux majordome croyant apercevoir plusieurs fois le même homme ressemblant au vieux Simon Lee assassiné.

L’enquête est conditionnée à cette fameuse ressemblance physique et gestuelle innée entre des personnes n’ayant jamais vécu ensemble et c’est cet indice révélateur qui permit au détective belge de résoudre l’énigme

J’ai essayé de faire le tour de la question et j’ai sans doute oublié d’évoquer des cas de figure précis mais pour l’instant, plus rien ne venant à mon esprit, je clôture mon billet sur le mot FIN

 

TOUS DROITS RESERVES VBB le 8 août 2016

Enregistré sous copyright N°00054250 avant diffusion sur internet

PHOTO INTERNET

 

Genealogie genetique1

POURQUOI ECRIRE?

POURQUOI ECRIRE?

Par Le 10 août 2021

POURQUOI ECRIRE ?

Ecrire, pour quoi ?

Ecrire, pour qui ?

Sans doute pour soi,

Mais pour être lu(e) aussi !

Depuis quelques années, je fréquente les réseaux sociaux ou plus précisément Facebook et je côtoie virtuellement des auteurs divers, dans différents groupes d’écriture.

Certains écrivent des romans, d’autres de la poésie et d’autres encore des autobiographies.

La plupart d’entre eux affirme écrire pour eux-mêmes sans se soucier de leur notoriété, mais paradoxalement, ces mêmes personnes sont furieuses de l’indifférence littéraire des lecteurs potentiels n’achetant pas leurs ouvrages.

Personnellement je suis adepte de la franchise et je sais qu’en toute sincérité, on écrit pour soi mais aussi pour trouver une résonnance auprès des lecteurs car être lu(e) permet aussi d’exister.

Celui qui écrit des recueils ou livres qu’il fait publier a besoin d’être reconnu dans son activité épistolaire. Celui qui prétend le contraire me semble toujours douteux et très souvent une attitude contraire à ses affirmations vient me conforter dans mon ressenti sur cette prétendue indifférence.

La nature humaine a besoin de reconnaissance, c’est ainsi !

Que ce soit dans le milieu familial, professionnel, sportif, musical ou littéraire, chacun essaie de trouver le moyen de s’épanouir et d’exister socialement.

Cela permet de vivre et de faire face aux obstacles et autres épreuves que les vicissitudes de la vie déversent en flots torrentiels pour certains. La vie n’est pas un long fleuve tranquille et pour surnager, il faut une bouée de sauvetage.

L’auteur la trouve dans l’écriture.

Ecrire lui permet de vider le « trop plein », d’exprimer des émotions, de faire part de ses opinions, d’extérioriser son amertume, son chagrin mais aussi ses joies.

S’il ne voulait pas être lu, il écrirait sur un cahier secret enfermé à clef et dont personne n’aurait l’accès. Au lieu de cela, ledit auteur publie ses œuvres sur internet, à la vue du monde entier où il les fait publier par un professionnel de l’édition ce qui n’est pas vraiment une forme d’intimité. Cela sous-entend que le désir premier de l’auteur, poète, écrivain est d’être lu par le maximum de personnes et qu’en passant par un éditeur, son but est de vendre sa production littéraire.

Depuis quelques années, sur internet, j’observe les procédures des uns et des autres et il s’avère flagrant que l’objectif principal est de vendre au plus grand nombre possible de lecteurs (pour ceux qui passent par la case édition, évidemment).

Ceux qui prétendent le contraire me font sourire et je ne les crois pas, bien évidemment. Il faut cesser de se voiler la face et surtout demeurer honnête avec soi-même comme avec les autres. Ceux qui écrivent veulent être lus et ceux qui éditent veulent vendre, c’est une évidence.

En ce qui me concerne, j’ai remarqué que j’achetais bien plus des ouvrages que l’on ne m’en achète mais c’est sans importance (contrairement aux années précédentes où cela m'aurait chagrinée) car j’ai mis un point final à ma « carrière poétique » fin 2015  (je fais publier l'ensemble de mes poèmes écrits  entre 2012 et 2015 pour le plaisir de les voir regroupés dans des recueils de poésies que je vais offrir à mes enfants, une sorte d'apothéose poétique!).

Par contre, je ne céderai jamais aux effets de mode et je ne lis et n’achète que ce que j’aime vraiment, sinon ce serait de l’hypocrisie et l’hypocrisie ne fait pas partie de mes valeurs d’être.

 

Tous droits réservés VBB le 11 août 2016

Enregistré sous copyright N°00054250 avant diffusion sur internet

PHOTO INTERNET

 

Ecrire pour exister