LE BLOG DE SHERRY-YANNE

LE BLOG DE SHERRY-YANNE

BIENVENUE SUR LE BLOG PERSONNEL DE

Viviane BARNET-BROSSE alias SHERRY-YANNE

Ce blog peut plaire à certains et déplaire à d'autres car mes prises de position ne seront pas forcément les leurs.

La liberté d'expression est un droit pour tout un chacun et le droit au respect aussi. 

La vulgarité, les insultes, la bêtise me sont odieuses donc pour ceux qui ne connaissent que cela, je vous invite à passer votre chemin.

Pour tous les autres, vous êtes les bienvenus dans mon univers même si je ne partage pas vos pensées, vos idées, vos croyances.

Tous mes articles sont écrits avec sincérité et mes mots ne sont que le reflet de mon coeur, de mon âme ou de mon esprit.

Au gré du temps, je peux écrire sur l'actualité politique, religieuse ou sociétale ou tout simplement émettre quelques réflexions philosophiques ou non sur la vie, la maladie, la vieillesse, et autres sujets qui peuvent toucher tout le monde un jour ou l'autre.

Je vous remercie de l'intérêt que vous porterez à ce blog et je vous attends très vite.

A bientôt

Merci de votre présence!

Viviane alias Sherry-Yanne

 

Blog

 

 

Copyrightdepot seal image black bis

 

 

Dans LA SOCIETE
DÉCONSTRUCTION DU GENRE CHEZ L'ENFANT

DÉCONSTRUCTION DU GENRE CHEZ L'ENFANT

Par Le 31 mai 2022

DÉCONSTRUCTION DU GENRE CHEZ L'ENFANT

Ma pensée du jour : Déconstruction du genre chez l'enfant encore à l'école primaire donc entre 3 ans et 11 ans.

Par ou commencer ?

J'observe depuis plusieurs semaines l'évolution (à outrance) de l'idéologie du genre (que je trouve malsaine) et je reste dubitative face aux proportions que cela prend.

A t'on conscience que ces nouveaux gourous du genre sont dangereux ?

En effet, ils déprogramment et reprogramment le cerveau de nos enfants, petits enfants etc avec leurs théories débiles et destructrices.

Je viens de lire que Claude (Claudine) un des personnages du Club des 5 serait un des premiers personnages transgenres de la littérature enfantine.

Quelle foutaise !

Combien de petites filles "garçons manqués" se sont identifiées a elle ?

Beaucoup sans doute !

Moi la première !

Ma mère me mettait un short sous ma jupe car j'ai toujours préféré jouer avec les garçons plutôt qu'avec les filles.

Son grand regret (elle m'en parle parfois), c'est mon manque d'attrait pour les poupées et autres jeux de filles. Je n'ai d'ailleurs eu qu'un seul poupon, vu le peu d'intérêt que je lui portais.

Très tôt, mes parents ont opté pour les livres et les jeux de société qui me motivaient vraiment.

Personne (et surtout pas moi) ne s'est posé de questions sur mon identité de genre.

Ouf !

Tant mieux !

Arrivée à l'adolescence, cela ne m'a pas empêchée de devenir "fille" dans ma tête et dans mon corps.

Ensuite comme la plupart, je suis devenue épouse et mère.

Par contre, les discussions de chiffons, cuisine, maison et autres ne m'ont jamais intéressée, ni à l'adolescence, ni à l'âge adulte.

Lors des réunions de famille, je m'arrangeais pour être près des hommes qui parlaient de politique, de société, voire d'autres sujets, lesquels ont toujours su captiver mon attention.

C'est ainsi !

Je me suis sentie parfois différente mais cela ne m'a jamais empêchée de vivre et de me sentir femme à part entière.

Je suis heureuse d'avoir vécu au 20ème siècle ou il ne serait jamais venu l'idée à mes parents de me conditionner à la notion de "transgenre" dés ma petite enfance.

J'ai su trouver ma place dans la société comme des millions de femmes de ma génération, sans pour autant me déconstruire pour me formater à cette nouvelle tendance dangereuse pour les générations a venir.

Franchement, dans quel monde va t'on?

Il y a forcement des ados qui ressentent l'impression qu'ils ne sont pas dans le "bon corps" mais c'est la puberté qui leur fait prendre conscience de leur identité de genre et de leur identité sexuelle (hétéro ou homo) et certainement pas avant.

Comment des enfants entre 3 et 13 ans peuvent-ils se définir comme transgenres ? Ce sont les parents qui leur mettent ce genre d'idée dans la tête car c'est leur propre perception de leur enfant qu'ils transposent sur lui.

C'est inconscient et irresponsable de leur part car en croyant être à l'écoute de leur enfant, ils font ainsi son malheur.

Pourquoi vouloir jouer les apprentis sorciers en déprogrammant des enfants innocents ?

Cela va les condamner à une vie de mal être et d'errance intellectuelle, émotionnelle, sexuelle, etc.

Je ne comprends pas et je suis opposée à cette nouvelle forme de maltraitance que représente cette néo-idéologie du genre.

Bonne journée a tous !

Tous droits réservés Viviane Brosse alias Sherry-Yanne

Texte écrit le 30 décembre 2021 sous Copyright 

 

Identite homme ou femme

 

Dans LA SOCIETE
CARICATURES RELIGIEUSES OU POLITIQUES

CARICATURES RELIGIEUSES OU POLITIQUES

Par Le 31 mai 2022

MON RESSENTI PERSONNEL

SUR LES CARICATURES RELIGIEUSES OU POLITIQUES

Il y a quelques semaines, en France, un professeur s’est fait décapiter pour avoir voulu illustrer un cours d’éducation civique sur le sujet de la liberté d’expression, telle qu’elle est culturellement enseignée et vécue dans notre nation. Il a fait le choix de caricatures extrêmes, non pas pour choquer, mais pour apprendre à ses élèves à dissocier leur ressenti personnel et le droit de pouvoir le faire dans un état laïc où la notion de blasphème n’existe pas. Cela lui a malheureusement coûté la vie puisque ses élèves issus de l’immigration, n’ayant pas intégré ce concept démocratique de la société française, ont alerté leurs familles et dans ce processus d’absolutisme religieux islamique, un parent d’élève, un prédicateur religieux et certains élèves sont malheureusement responsables de la mort d’un homme innocent, représentant du « savoir et de l’enseignement républicain ».

En tant que citoyenne française, fière de mes racines et de ma culture, je défendrai toujours la liberté d’expression qui est un principe fondamental de notre société républicaine mais par contre à titre individuel, j’avoue ne pas être à l’aise avec les caricatures qui portent atteinte à la dignité d’un individu, quand il s’agit d’une caricature politique et encore moins avec celles qui portent atteinte aux croyances des individus, quelle que soit la religion.

J’ai soutenu Charlie Hebdo en janvier 2015 pour défendre mon idéal républicain et le fait que personne n’a le droit de tuer autrui, au nom d’une quelconque idéologie, qu’elle soit religieuse ou politique.

Par contre, je n’apprécie pas du tout certaines caricatures, qu’elles concernent Mahomet, Jéhovah (ou Yavhé), Jésus, Boudha, etc…, notamment celles où on les voit dénudés, avec des situations grotesques ou sexualisées.

Je me suis indignée toute seule, chez moi, en voyant certaines caricatures de mon bien-aimé Jésus donc je comprends la réaction des musulmans vis-à-vis de leur prophète tout aussi bien-aimé. J’emploie volontairement cette expression de « bien-aimé » car cela situe l’intensité de l’émotion ressentie en voyant ce genre de dessins que personnellement, je trouve malsains.

Par contre, jamais au grand jamais, je n’irais tuer quelqu’un pour avoir été froissée dans ma croyance chrétienne.

Volontairement, lors de l’assassinat de ce malheureux professeur, je n’ai partagé aucune silhouette ou caricature et celles que j’ai vues passer sur des pages ou des « murs » facebookiens m’ont parfois fait « bouillir » intérieurement. Par solidarité, et si cela avait été un élan national, j’aurais participé au mouvement mais je n’aurais partagé que des caricatures « soft » pour ne pas renier mes convictions.

Depuis plusieurs jours, je voulais écrire cet article car je voulais mettre les choses au clair, entre mon combat de citoyenne française pour la liberté d’expression et le droit de pouvoir le faire en toute sécurité, sans risquer sa vie pour un dessin, une parole ou un écrit, et le fait qu’en tant qu’individu à part entière, je n’adhère absolument pas au fait de ridiculiser les croyances des uns ou des autres et de les heurter au plus profond de leur cœur.

Ce n’est que mon ressenti personnel et je ne demande à personne d’avoir le même avis que moi.

Par contre, jusqu’au bout de ma vie, je me battrai contre ceux qui imposent la dictature de la pensée unique, de la croyance unique, et contre ceux qui veulent tuer la démocratie de notre société et la civilisation judéo-chrétienne du monde occidental. Ces gens-là sont dangereux et il faut impérativement les « éliminer » pour pouvoir vivre en paix, ensemble, toutes communautés et religions confondues.

------------------------------

Tous droits réservés 3 novembre 2020

V.B-Brosse alias Sherry-Yanne

Copyright N° 67596 avant diffusion publique

Publié sur mon site SHERRY-YANNE EN POÉSIES le même jour

 

Photo d'illustation représentant Louis-Philippe, premier et dernier roi des français. C'est une caricature qu'on nous montrait à l'époque, à l'école pour nous apprendre la notion de caricature d'un personnage, dans l'esprit français.

 

Caricature louis philippe

FAIRE FACE A LA MALADIE SANS SOMBRER DANS LA DÉPRESSION

FAIRE FACE A LA MALADIE SANS SOMBRER DANS LA DÉPRESSION

Par Le 31 mai 2022

FAIRE FACE A LA MALADIE SANS SOMBRER DANS LA DÉPRESSION

L’article que je veux écrire sur ce sujet n’est pas simple car c’est un sujet tabou et je me suis rendue compte dans les groupes « Fibromyalgie » dont je fais partie que c’est un sujet récurrent et que les rares personnes positives qui essayaient de donner des conseils positifs se faisaient souvent rabrouer par ceux et celles qui se complaisent dans leurs douleurs quotidiennes. C’est la raison pour laquelle je ne donne que des informations pratiques, juridiques ou administratives car je suis souvent agacée par le fait que beaucoup de personnes s écoutent beaucoup trop et que ce n’est malheureusement pas comme cela qu’on fait face à la maladie et à la vie en général, qui est bien souvent parsemée d’épines pour beaucoup de monde.

J’ai bien conscience que la douleur et la fatigue quotidiennes, permanentes, plongent dans la déprime et c’est pourquoi je sais aussi, pour le vivre quotidiennement, qu’il ne faut pas ressasser sans cesse ses douleurs, son mal-être physique qui devient vite un mal-être mental si on n’y prend pas garde.

Le pas est vite franchi et je lis régulièrement des personnes qui deviennent dépendantes aux médicaments anti-douleur, aux opiacés et aux antidépresseurs pour finir, car elles ont l'impression qu'elles sont les plus malheureuses du monde et que la vie ne vaut pas le coup d'être vécue. Je pense qu'à un moment donné, il faut se dire qu'il y a toujours des personnes, plus malheureuses, plus malades, plus infirmes et/ou handicapées etc... 

Se regarder le nombril en ressassant ses maux n'est aucunement bénéfique.

Bien au contraire !

Ces personnes se plaignent que leur entourage ne les comprend pas, et ne font pas d’effort pour elles mais ces dites personnes ne se rendent même pas compte qu’elles n’en font aucun pour leurs proches. Dernièrement deux personnes annonçaient qu’elles étaient invitées chez leurs enfants mais vu leurs douleurs, elles n’iraient pas et que leurs enfants n’avaient qu’à comprendre.

Je suis restée sidérée devant tant d’égoïsme.

En effet ces personnes qui se plaignent de ne pas être comprises, n’hésitent pas à peiner considérablement leurs enfants (ou autres proches). Je suis désolée mais c’est honteusement égoïste. Cela revient à dire que les autres doivent comprendre, plaindre, avoir de l'empathie mais c'est à sens unique apparemment. Il aurait été plus simple de faire plaisir à leurs enfants en anticipant la douleur avec des comprimés à cet usage. Je peux le comprendre une fois en passant, nul n'est à l'abri d'un malaise, et/ou autre mal (grippe, gastro, etc....) survenus inopinément. Dans ces cas de figure, il est compréhensible de ne pas mettre en danger sa santé et celle d'autrui, mais quand ce genre d'attitude devient habituel avec tous les proches, ce ne sont pas les proches, qui sont les coupables et le malade, la victime, mais bien l'inverse.

Il faut parfois entrer dans une introspection pour analyser son propre comportement et c'est un signe de sagesse que d'y avoir recours. Aucun être humain n'est parfait et le reconnaître est en soi faire preuve de maturité.

Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres mais j’avoue que cela m’a vivement interpellée.

Pour en revenir à la douleur et au fait de se répéter à longueur de journée qu’on a mal, il faut réagir, non pas en termes de lamentations mais bien plutôt de réactions et de combativité.

Pour éviter de s’écouter, pour ne pas sombrer dans la déprime, il faut occuper son esprit par des activités qui font du bien au mental.

Chez certains, certaines, ce sera le bricolage, la cuisine, la décoration, la couture, le sport et j’ai remarqué que toutes les personnes qui allaient au-delà de leurs limites, construisaient leur vie, leur avenir, avec leur maladie, leurs douleurs, au lieu de la détruire par une sur-médicamentation et des jérémiades sans fin.

J’ai aussi découvert au travers des groupes cités ci-dessus (je suis restée à ceux concernant la fibromyalgie mais je suis sûre qu’il existe la même chose dans ceux consacrés à d'autres pathologies), que ce sont souvent les plus jeunes (20 à 40 ans) qui s’écoutent le plus, un peu à l’image de notre société qui a fait que la génération des enfants nés depuis 1980 environ, se comportent comme des enfants rois, à qui il ne faut rien refuser et qui sont fatigués au moindre petit effort demandé.

Le prologue de mon article étant un peu long, je vais aborder maintenant le sujet de faire face à la maladie pour éviter de sombrer dans la dépression.

Dans un premier temps, pour éviter des séances de « psy » qui vous laissent sur le « carreau » financièrement et émotionnellement, je vous invite à prendre un cahier et à écrire tout ce qui vous passe par la tête dont votre souffrance, vos douleurs, votre mal-être etc…

C’est ce que j’ai fait et cela marche. J’appelle cela la scripto-thérapie.

J’ai transcrit tous mes maux sous forme de mots, dans des poèmes. Cela m’a ensuite ouvert l’esprit sur une forme d’expression poétique et cela m’a permis d’écrire pratiquement 1000 poèmes que j’ai publié dans une dizaine de recueils.

Vous n’êtes pas non plus obligés de passer par l’étape écriture si vous avez des centres d’intérêt qui vous donnent de la joie lorsque vous les pratiquez.

Personnellement, lorsque j’ai fini avec l’étape écriture de 2012 à 2018, je suis passée à autre chose.

Je pratique la généalogie depuis 2004 et j’avais laissé tomber pendant quelques années. Depuis 2014, je m’y suis remise à fond et le temps que je passe en recherche d’ancêtres, me fait oublier momentanément, mes douleurs parfois insupportables.

J’ai aussi tricoté des couvre-lits en crochet pour toute ma famille (enfants, petits-enfants) et comme pour la généalogie, la concentration à réaliser un bel ouvrage, permet d’occulter momentanément la douleur.

Pour éviter la dépression, il faut faire des choses qui vous donnent du plaisir car cela apporte du « bonheur » à votre cerveau et cela a un effet positif et anti-dépresseur, sans avoir recours à aucun médicament. Je crois qu’on appelle cette molécule l’endorphine qui est constituée du même principe que la morphine sans le danger de dépendance et d’effets secondaires.

Depuis cette année 2019, je me suis lancée dans l’apprentissage du piano car je m’étais promis que lorsque j’aurais 60 ans, je me lancerais, et j’essaie toujours de tenir mes promesses.

De plus c’est un nouveau challenge car ayant de l’arthrose dans les poignets, les pouces et les index main droite et main gauche en plus de la polyarthrite rhumathoïde, il me faut lutter en permanence contre la douleur et le manque de souplesse de mes mains et doigts. C’est donc une manière de dire encore non à la maladie et à la dépendance que cela entraîne.

Je viens de parler de mon cas personnel mais parmi mes contacts atteints (atteintes) de maladies diverses, j’en ai qui écrivent des polars à succès, d'autres écrivent des poèmes ou des romans. Certaines réalisent des canevas sublimes, tricotent de merveilleux petits personnages en crochet, ou se sont lancé(e)s dans la peinture, dans la pratique d'un instrument de musique comme le piano pour moi. D'autres pratiquent la méditation, le sport, des activités qui correspondent à leur propre personnalité. Ces personnes souffrent aussi, mais elles refusent que la maladie soit la plus forte, tout comme moi. C'est un état-d'esprit mais c'est ce qui permet de faire face, d'affronter, et surtout d'avancer encore et toujours sur le chemin de la vie.

Mon médecin, mon rhumatologue et mon chirurgien sont unanimes pour dire que mon « mental d’acier », ma conception de la vie positive ont été des facteurs concluants pour l’acceptation et la prise en charge de mon cancer et son suivi, mon burn-out, ma fibromyalgie et ma polyarthrite.

C’est la raison pour laquelle j’avais envie d’apporter mon témoignage pour que vous aussi puissiez faire face à vos douleurs quotidiennes et si une seule personne, après avoir lu ce texte, me dit qu’elle a décidé elle aussi de changer de manière d’être et d’affronter sa maladie de façon plus positive, je serai contente d’avoir écrit cet article où je me livre beaucoup, plus que je ne le fais habituellement, dans mon quotidien car une sorte de pudeur me retient toujours.

Une question d’éducation sans doute !

En tout cas, prenez soin de vous et soyez plus forts, (fortes) que la maladie car à ce moment-là, c’est vous qui vaincrez et non pas le mal qui vous ronge le corps et l’âme.

RESTEZ POSITIFS OU POSITIVES ET VOUS SEREZ LES PLUS FORTS OU LES PLUS FORTES !

-----------------

MISE A JOUR 31 MAI 2022 : 

Agacée par les éternelles lamentations de certaines personnes qui ne se remettent jamais en question, dans les groupes consacrés à la fibromyalgie, j'ai fait du tri en 2019 en quittant plusieurs groupes, et j'avais écrit cet article sur mon blog.

J'avais conservé 3 groupes mais je viens d'en quitter 2 autres, ne conservant que celui dédié aux démarches administratives où je peux apporter mon aide.

Certaines personnes dans ces groupes révèlent un comportement toxique, sidérant de bêtise et d'égoïsme et le dernier truc que j'ai lu, m'a fait sortir de mes gonds, en l'occurrence desdits groupes.

Malades oui ! Despotiques non !

Beaucoup de "malades" ne prennent pas en otages, leurs proches, que ceux-ci soient empathiques ou non, dévoués ou non.

Je crois sincèrement que ces personnes négatives sont toxiques pour celles qui essayent de s'en sortir du mieux qu'elles peuvent et en finalité, elles desservent la cause du handicap invisible, alors que c'est un combat au quotidien.

Ce n'est bien evidemment qu'un ressenti personnel.

Bonne continuation à tous ceux atteints de cette "saloperie" invalidante et autres pathologies aussi pénibles à vivre (polyarthrithe rhumathoïde, cancer, spondilarthrite, problèmes thyroïdiens (Hashimoto par exemple) et toutes les autres maladies qui touchent tant de personnes luttant dans la dignité, chaque jour de leur vie).

---------------------------------

Tous droits réservés 15 septembre 2019

Remis à jour le 31 mai 2022

Viviane B-Brosse alias Sherry-Yanne

Enregistré sous copyright N°00067596 avant diffusion publique

Photo Internet

 

Citation appris maladie vie jackson brown

Dans LA SOCIETE
HEURE D'ÉtÉ

HEURE D'ÉTÉ CHAQUE ANNÉE

Par Le 15 avr 2022

HEURE D'ÉTÉ CHAQUE ANNÉE

Deux heures d'avance sur le soleil !

Il n'y a rien d'aussi contraire à l'ordre naturel des éléments, et d'aussi contreproductif.

C'est néfaste pour le rythme biologique des humains et des animaux, nuisible a la santé.

Une ineptie mise en place depuis deja 46 ans, qui ne permet aucune économie d'électricité.

Les écolos, qui nous ont habitué à tout un tas de mesures souvent "débiles" (voir communes concernees) sont bien muets sur ce sujet.

Ah mais oui ! J'oubliais, on peut "faire l'apéro plus longtemps".

En tout cas si l'heure d'été reste en permanence (2h d'avance sur le soleil), tous ses partisans vont vite déchanter lorsqu'en hiver, il fera nuit à 9h le matin et à 18h le soir. Ceux qui bossent "enfermés" (emplois de bureaux, magasins, usines etc) ne verront jamais le jour, sauf pendant leurs 2 jours de repos.

Quelle vie !

Bref je râle chaque année depuis 46 ans car je ne retrouve un équilibre normal de sommeil que pendant l'heure d'hiver.

Quand je bossais c'était l'enfer car je m'endormais vers 1h du matin (23h soleil et minuit/heure hiver) et il me manquait toujours des heures de sommeil, accumulées sur plusieurs mois.

Je sais ne pas être seule dans ce cas, ce qui me rassure.

Bon dimanche a vous tous !

----------------------

Tous droits réservés mars 2022

Viviane Brosse alias Sherry-Yanne

Publié sur mon site personnel Sherry-Yanne

Photo internet

 

Heure ete 1

 

Dans LA SOCIETE
VOILE ET FÉMINISME

VOILE ET FÉMINISME

Par Le 15 avr 2022

VOILE ET FÉMINISME

Allons bon, je croyais toucher le fond de l'abject mais la, je suis sidérée.

Le président-candidat Emmanuel Macron répond a une jeune femme voilée (je résume) : "bravo, vous êtes la preuve qu'on peut être voilée et féministe".

Incroyable !

Que cette jeune femme porte le voile par choix, je ne me permettrai jamais de juger, car justement c'est son choix personnel, mais oser dire qu'elle est féministe et que le président de la république française laïque, aille dans son sens, est une aberration.

Le voile est un signe de soumission a Dieu en théorie, mais surtout aux hommes en pratique, comme le sont tous les textes religieux, toutes religions confondues (Judaïsme, Christianisme, Islam), des textes écrits par des hommes pour leur donner le pouvoir et l'autorité sur les femmes et les maintenir en état de soumission sociétale, de mineures à vie, et cela fait d'elles des individus de seconde zone alors que les femmes représentent la moitie de l'humanité.

Il ne faut tout de même pas oublier que d'autres femmes dans des pays musulmans risquent leur vie pour avoir le droit d'ôter leur voile et ne plus être considérées comme des êtres inférieurs aux hommes, ce qui n'est pas encore le cas en France, heureusement, et j'espère bien que cela n'arrivera jamais.

Cette jeune femme est certes une musulmane affirmée et ce droit lui est acquis par la liberté religieuse, une liberté que permet la république laïque, mais ce n'est en aucun cas une féministe, car les vraies féministes se sont battues et se battent encore et toujours pour l'égalité en droits et en devoirs entre les hommes et les femmes.

A ce titre aucune féministe ne peut accepter l'idee qu'en tant que femme, elle soit impure, contrairement aux hommes et qu'elle se doit donc de couvrir son corps et ses cheveux, pour ne pas être un objet de luxure et de tentation pour ces pauvres messieurs, incapables de réfréner leur libido, à l'instar de tout être humain responsable de ses actes et de ses agissements..

Que notre président sortant rentre dans son jeu, pour racoler les voix électoralistes des musulmans et plus particulièrement des islamistes, me révolte, voire me dégoute.

Je n'avais pas trop d'avis sur le sujet mais  la vision de cette scène, m'a fait réagir comme beaucoup de femmes engagées dans la lutte pour l'égalité des femmes et des hommes, tant dans le monde du travail, que dans celui de la vie sociétale tout simplement.

Bonne journée a tous !

----------------

Tous droits réservés 14 avril 2022

Viviane Brosse alias Sherry-Yanne

Publié sur mon site personnel Sherry-Yanne

Photo internet

 

Voile et feminisme

 

 

CONFUSION D’IDÉES, MANQUE D’INSPIRATION

CONFUSION D’IDÉES, MANQUE D’INSPIRATION

Par Le 06 jan 2022

CONFUSION D’IDÉES, MANQUE D’INSPIRATION

Assise devant mon ordinateur, je ferme les yeux, espérant l’idée qui viendra booster mon incurie épistolaire.

Tout  se mélange dans ma tête, des parcelles d’idées fusent, viennent et s’en vont .

Cela va de l’actualité sociétale, pour ne pas dire médicale, à la généalogie, en passant par la possibilité d’écrire un conte.

Une vraie calamité car rien ne tient la route.

Je ne suis qu’un cerveau vide, une vieille « toupie » qui n’arrive plus à être structurée dans ses pensées, organisée dans sa méthode de travail.

Il ne m’est même plus possible de revenir en arrière et d’essayer de construire un poème, en comptant les pieds tout en vérifiant les alexandrins. C’est désormais « mission impossible ».

Ecrire un article sociétal pour mon blog pourrait s’avérer possible car il y a tant et tant de choses à dire sur ce monde qui part en « cacahouètes », cette société qui ne ressemble plus à celle de mes 20 ans, où la mode « peace and love » avait laissé des traces de liberté et de fraternité.

Je suis nostalgique de cet univers où la tolérance enfermait l’obscurantisme au fond du placard de l’oubli.

De nos jours la « woke culture » et la « cancel culture » sont passées par là, détruisant tout sur leur passage, aussi malfaisantes qu’Attila qui ne laissait derrière lui que des terres brûlées, aussi malsaines qu’une épidémie sanitaire.

Ce que je lis ou découvre chaque jour m’horripile et me révulse.

Comment peut-on remettre en question l’ordre naturel des choses au nom d’un processus de déconstruction tant de l’humain, que de la civilisation, que ce soit sur le plan de l’individu ou de l’Histoire ?

Incroyable !

Nos ancêtres repartiraient vite dans leurs tombes s’ils avaient l’opportunité de revenir faire un tour dans le monde des « vivants ».

Penser à cela me démoralise et je me dis que certains passages de la Bible sur la fin des temps, trouvent une résonnance dans la société que l’on vit actuellement et sur le plan historique, je me dis aussi que toutes les grandes civilisations ont eu une fin, dés lors qu’elles ont sombré dans la décadence puis dans l’obscurantisme et franchement, j’ai vraiment l’impression que si personne n’y fait gaffe, la civilisation humaine telle qu’elle est actuellement fonce droit dans le mur d’une fin inexorable.

Je vais donc mettre ma tête dans le sable comme l’autruche et oublier le drame qui se prépare pour les décennies à venir.

Que pourrais-je donc écrire ?

Toujours pas de lueur ou de déclic, hélas !

Je vais donc en rester là avec cet écrit mi-figue, mi-raisin.

Demain sera un autre jour, et peut-être qu'il me viendra l’idée lumineuse d’un thème spécifique ou d’une histoire à raconter.

Bonne soirée à toi lecteur qui passe sur mon blog !

Peut-être t’es tu égaré ou bien es-tu venu sciemment ?

Dans ce cas je te remercie pour ton passage et ta lecture.

Prends soin de toi par les temps qui courent !

Au plaisir de te retrouver !

----------------------

Tous droits réservés le 6 janvier 2022

Viviane Brosse alias Sherry-Yanne

Copyright N°00067596

Publié sur mon site le même jour.

Inspiration missing inspiration 1

Dans LA SOCIETE
PROPOSITION DE SUPPRESSION DU DROIT A L'HÉRITAGE

PROPOSITION DE SUPPRESSION DU DROIT A L'HÉRITAGE

Par Le 06 jan 2022

PROPOSITION DE SUPPRESSION DU DROIT A L'HÉRITAGE

Certains économistes prônent la suppression du droit à l'héritage en France.

Allons bon !

Quelle étrange idée !

Économistes sans doute, mais dépourvus de bon sens à coup sûr !

Toutes les grandes fortunes délocalisent leurs entreprises hors de France, malheureusement, privant ainsi la France des revenus du travail sur le plan fiscal et des bénéfices d'un taux de chômage réduit par l'emploi sur le territoire national.

En 20 ans, la situation est devenue catastrophique, et ces méga-diplômés de la théorie émettent ce genre d'idées fumeuses.

Si ces gens là avaient un minimum de jugeotte, ils comprendraient vite que spolier leurs descendants des héritages qui rapportent énormément d'argent à l'état, via les taxes en suite des successions (actif bancaire et immobilier) est d'une absurdité incommensurable. En efflet les taxes patrimoniales et successorales sont très elevées en France sauf l'exonération de 100.000,00 euros par enfant, et le surplus permet d'enrichir les caisses de l'Etat pour les dépenses publiques nationales, départementales et communales (calcul de l'assiette des biens immobiliers).

Imaginer la suppression du droit à hériter de ses parents, ressuscite l'idéologie communiste bolchevique (ex URSS) ou chinoise, et je pense que dans l'imagerie populaire, ce ne sont pas des nations qui incitent à revivre cette époque.

Personne n'a envie d'un pouvoir totalitaire en France.

Pour échapper à ce genre de contraintes, les personnes les plus riches ou nanties vont prendre la nationalité d'un autre pays où les charges fiscales et successorales seront plus conciliantes.

Il restera la petite classe moyenne ou les ouvriers qui auront peiné toute leur vie pour acquérir un bien immobilier et sur eux l'Etat fera encore une fois peser tout le poids de ces mesures fiscalistes injustes et impopulaires.

De plus je rappelle que ce que l'on appelle communément " les frais de notaires" ne sont pas les frais pour le travail du notaire mais essentiellement les taxes dues à l'Etat.

Les émoluments du notaire ne représentent qu'une infime partie desdits frais de succession, comme d'ailleurs des autres actes notariés, que ce soit ceux relevant de la recette des impôts (déclaration de successions, donations, partages, actif mobilier (comptes bancaires, actions etc) parts de SCI) ou du service de la publicité foncière (anciennement conservation des hypothèques) où les taxes sont dues tant sur les ventes, attestations immobilieres, donations, prêts bancaires etc.

Du fait de vouloir supprimer le droit à l'héritage, la France perdra une autre source de revenus alors que ses citoyens se précarisent de plus en plus.

Pour les salariés qui ont bossé dur pendant 40 ans pour acheter un bien immobilier et laisser un héritage à leurs enfants, c'est le meilleur moyen pour les décourager et cela ne contribuera pas a enrichir les caisses de l'Etat car plus personne n'investira dans la "pierre" ou dans l'achat d'actions bancaires, ce qui renfloue aussi certaines entreprises, notamment lors de la privatisation d'entreprises nationales.

Dommage de constater qu'en France la politique du mérite (scolaire, professionnel, sociétal etc) ne soit pas reconnue à sa valeur, au profit de ceux qui ne font aucun effort mais exigent de profiter du fruit du travail des autres.

Je suis de plus en plus écoeurée par la tournure que prend notre pays.

Bonne journée a tous !

Tous droits réservés Viviane Brosse alias Sherry-Yanne  27 novembre 2021

Heritage succession

Dans LA SOCIETE
BILAN 2021 CRISE SANITAIRE

BILAN 2021 CRISE SANITAIRE

Par Le 31 déc 2021

BILAN 2021 CRISE SANITAIRE

L’année 2021 s’achève en ce jour du 31 décembre 2021 et comme l’année dernière, je pense qu’il y a peu de personnes qui ont l’esprit festif tellement cette crise sanitaire qui pourrit la vie du monde entier et notamment en France, prend des proportions dans les limites du supportable psychologiquement parlant.

Ce fichu virus « covidien » a fait parler de lui en décembre 2019 lorsqu’un médecin chinois, lanceur d’alerte en a parlé, au prix de sa vie, puisque les autorités chinoises se sont arrangées pour étouffer l’affaire.

Par contre depuis mars 2020, le monde entier vit dans une psychose perpétuelle. Chacun se méfie de son voisin comme si l’autre était un pestiféré. Nous ne sommes plus au moyen-âge mais je pense que dans des conditions extrêmes, les mentalités redeviennent primaires et il en faudrait peu pour que certains franchissent le pas de la délation, voire plus si cette situation persiste au-delà du raisonnable.

Sur les réseaux sociaux les gens se déchaînent, écrivant des commentaires d’une violence parfois inouïe, entre partisans ou opposants aux différents vaccins contre le Covid 19. Pour certains les non vaccinés sont les responsables de la crise hospitalière et des contraintes subies par les vaccinés, pour d’autres se revendiquant anti-vax, les vaccinés sont porteurs du virus par le biais du vaccin et le transmettent aux non vaccinés. Cela divise les français en deux camps qui s’affrontent verbalement via les médias numériques et cela crée un climat sociétal voire social, tendu en France.

Ce fléau dénommé Covid 19 pourrait tout aussi bien se nommer Covid 20, Covid 21 et bientôt Covid 22, tellement l’engrenage infernal se referme sur nous par la faute de ce satané coronavirus et des mesures extrêmes prises pour pallier à la suppression de milliers de lits depuis 20 ans et du manque d’embauche de personnel médical. Ce constat est la conséquence de la gestion du service hospitalier français par des cadres diplômés dont le seul but n’est pas de veiller à la qualité de soins pour les malades mais de pourvoir au rendement financier des différentes structures et tant pis si les citoyens en paient le prix fort, celui de leur santé, voire de leur vie.

Entendre ou lire que des patients atteints de maladies potentiellement mortelles si non prises en charge à temps, sont sacrifiés sur l’autel du profit par tous ces grands pontes de la politique (et des actionnaires de certains hôpitaux) me met hors de moi.

La pandémie a bon dos.

En fait, elle révèle une tragédie sous-jacente depuis plusieurs années, c’est-à-dire la défaillance des structures médicales en France (suppression de lits, manque de personnel dans les hôpitaux aussi bien publics que privés etc).

Notre pays avait le meilleur système de santé au monde et désormais, celui-ci n’est plus qu’un parent pauvre, désargenté, déshabillé, déstructuré pour satisfaire aux exigences de Bruxelles et de l’entité européenne, fossoyeuse de la France depuis le 1er janvier 2002.

Depuis bientôt 2 ans, on ne peut plus allumer la télévision ou lire un média d’information sans entendre débattre pendant des heures sur l’ennemi nommé Covid, à tel point que de plus en plus de personnes font le choix de ne plus écouter ou lire toute publication sur ce sujet omniprésent.

Petit à petit, on a vu notre liberté se réduire à « peau de chagrin » au nom de l’intérêt sanitaire collectif, ce qui arrange bien les gouvernements puisque toutes les manifestations sont désormais interdites (ou presque).

Gestes barrière, masques sur « le museau », « passe sanitaire » et bientôt « passe vaccinal » sont devenus rituels quotidiens pour se voir attribuer l’appellation contrôlée de « bon citoyen ». Contrôlée est le juste mot puisque depuis bientôt 2 ans, le citoyen lambda se fait contrôler dès qu’il sort de chez lui (entre les « ausweis», pardon les attestations pour sortir de chez soi , les rappels à l’ordre pour oubli du port du masque, ou pour mauvaise tenue dudit masque, l’exigence de montrer patte blanche avec son « passe » dans la poche ou sur son téléphone), la vie quotidienne, pour certains est devenu un enfer « mental » quotidien.

Les enfants sont programmés à porter un masque dès l’âge de 6 ans, que ceux-ci soient en cours ou en récréation. Souvent je m’interroge sur les adultes qu’ils vont devenir, leur traumatisme, leur peur de tout etc.

Les jeunes gens n’ont plus le droit de faire la fête, de se réunir dans les bistrots, cafés, pubs ou discothèques, comme nous le faisions à leur âge et franchement, je dis souvent que je préfère avoir eu ma jeunesse fin des années 1970 et début des années 1980, quand je vois le monde dans lequel ces jeunes gens sont condamnés à vivre.

Pour aller au restaurant et au cinéma, il  faut être vacciné ou avoir un test négatif si on ne l’est pas. Ces contraintes finissent par lasser même les inconditionnels. Le fait de ne plus aller au restaurant me manque beaucoup mais y aller seule ne procure pas le même plaisir que le fait de partager cet instant avec des personnes qu’on aime ou qu’on apprécie. Dans ce contexte, je subis la frustration par la privation de mes envies gastronomiques en même temps que la privation quotidienne de nos libertés les plus simples.

Beaucoup de personnes, pour vivre à peu près normalement, notamment dans les campagnes, ont fait le choix de ne sortir de chez elles que par obligation et j’avoue en faire partie. Je limite toutes mes sorties pour ne pas avoir à subir ce masque impitoyable que je ne supporte plus. Comme beaucoup j’ai opté pour l’achat alimentaire via le « Drive » proposé par les grandes surfaces. Je commande pratiquement tout le reste par internet et je me fais livrer à domicile, ce qui réduit mes déplacements et la torture mentale du masque, du maintien d’une distance réglementaire, pour ne pas être fusillée du regard par les autres usagers prêts à mordre si on s’approche trop près d’eux.

Par contre, cet isolement a des répercussions mentales et psychologiques sur les individus puisque cela les coupe de tout lien social avec autrui, et l’absence de lien social a aussi des effets dévastateurs (augmentation des dépressions et des pensées suicidaires chez certains).

Personnellement, je suis à la retraite et je suis une solitaire, donc je ne suis pas trop impactée par cet isolement social. Je me réfugie dans mes occupations et mes loisirs qui ne demandent ni de sortir de la maison ni d’être en groupe(s) mais je plains sincèrement tous ceux qui ont besoin de ces contacts extérieurs pour se sentir bien dans leur tête et dans leur vie.

Par contre, je me demande de plus en plus si le fait de vivre longtemps dans de telles conditions vaut vraiment le coup de vivre centenaires et si cela doit se prolonger encore pendant des années, pourquoi aller plus loin ? Plus rien ne m’attend !

Tous droits réservés 31 décembre 2021

Viviane Brosse alias Sherry-Yanne

Copyright 00067596

Publié sur mon site personnel le 31 décembre 2021

 

Crise sanitaire bis bis

 

Dans LA SOCIETE
TEMPS DE TRAVAIL DES FRANÇAIS

TEMPS DE TRAVAIL DES FRANÇAIS

Par Le 31 déc 2021

TEMPS DE TRAVAIL DES FRANÇAIS

RÉFLEXION MATINALE

(pour ne pas dire COUP DE GUEULE).

On fait dire ce qu'on veut aux chiffres et aux moyennes.

Prétendre que les français travaillent moins que les autres européens avec 1650 heures par an soit environ 137 heures par mois, est "bidon".

Les salariés a 35 heures par semaine font 1820 heures par an.

Ceux qui sont a 39 heures par semaine (et il y en a encore beaucoup) font 2028 heures par an.

De plus il y a plein de gens qui font souvent plus d'heures (le notariat est un secteur ou on ne compte pas ses heures) et on se retrouve avec plus de 2200 heures annuelles (ce qui était mon cas).

Le souci en France, ce sont tous ces boulots a temps partiel (emplois en grande surface, service a la personne etc) qui se comptabilisent en contrats de 100 a 130 heures mensuelles et font donc baisser la moyenne.

Ce n'est pas une raison pour dire que les français bossent moins que les autres européens.

Rallonger la durée de travail ne changera rien.

Les emplois partiels le demeureront, les emplois a temps plein ne feront que mettre un peu plus les gens sous pression avec un risque de burn-out ou de maladies dégénèrant en mises en invalidité, plusieurs années avant l'ouverture des droits a la retraite.

Et le plus important, c'est que cela ne résoudra pas le problème du chômage en France qui coute cher a la collectivité.

Si tout le monde avait du travail, et que le temps légal soit seulement de 30 heures par semaine, il y aurait plus de cotisants pour la retraite, le chômage, la sécurité sociale, la Caf et a la sortie en travaillant moins, il y aurait plus de ressources pour les différentes caisses sociales.

Bref entendre une "pétasse" à la télé, bardée de diplômes, (ou la théorie l'emporte toujours sur la pratique) dire que les français sont des fainéants par rapport aux allemands, anglais et autres européens, m'a agacée ce matin.

Tous droits réservés Viviane Brosse alias Sherry-Yanne 17 décembre 2021

Temps du travail redimensionne

Dans LA SOCIETE
LE

LE "BON EXEMPLE" DE CERTAINS ÉLUS A LA TÉLÉ (IRONIE)

Par Le 31 déc 2021

LE "BON EXEMPLE" DE CERTAINS ÉLUS A LA TÉLÉ (IRONIE)

Dernièrement, j'ai eu l'occasion de voir des extraits d'une vidéo prise en coulisse où j'ai vu qu'une élue politique, avocate, consultante à la télévision et mère de famille insultait un jeune homme soutien d'un candidat à la présidence de la République, en des termes d'une violence et d'une grossièreté inouie et je n'ai pas pu m'empêcher de commenter cela sur mon compte Facebook, avec certains de mes contacts.

Tous ces élus sont censés donner le bon exemple  et lorsqu'on les prend "la main dans le pot de confiture" en l'occurrence agresser un jeune homme qui lui a toujours été courtois, ils n'hésitent pas à aller se plaindre le lendemain (via les réseaux sociaux) que ce sont eux les victimes.

J'en ai ras le bol de toute cette clique de malhonnêtes qui saccagent toutes les valeurs citoyennes et républicaines.

Cela ressemble vraiment a tous ces gens pris en train de commettre une mauvaise action et qui nient, poussant même le culot a accuser les autres de tous les délits (fascisme, racisme, discrimination, sexisme, homophobie, islamophobie etc etc).

Bref mon gars quand t'es coupable, assume tes actes, au lieu d'accuser la société et les autres de tous les maux (et vices) de la terre.

Par contre, pour lire les forums divers, j'ai réalisé que cette gangrène s'étendait à tout niveau et pourrissait petit a petit les racines de notre culture démocratique.

La Cancel Culture et la Culture Woke ont encore de beaux jours devant elles.

Le monde marche sur la tête et l'Occident devient de plus en plus irraisonnable et irraisonné.et franchement cela me fait peur, non pas pour moi mais pour ceux qui viendront et reprendront un monde complètement fou, sans repère ni valeur.

Bonne journée a vous tous !

Tous droits réservés Viviane Brosse alias Sherry-Yanne 18 décembre 2021

Comportements et attitudes